Index

17 décembre 2012

Enlarge your practice ! Architecture et cultures numériques


S'arrêter, stopper, achever, aucun de ces termes ne parvient vraiment à designer la fin de l’aventure que représente la tenue d’un blog durant trois ans. Plusieurs années à tenir ce journal numérique dédié à l'architecture et aux productions urbaines contemporaines, comme un programme de recherche constamment actualisé. Faire de l’architecture un sujet plutôt qu’un objet d’information et développer le projet éditorial initial du site : parler de tout ce qui fait l'architecture et de tout ce qui lui fait défaut. Plusieurs années de partage, de découvertes, d’intuitions et d’informations stimulantes qui forment la chronique des années 2010, une décennie que l’acronyme GAFA résume bien. Les années Google, Apple, Facebook et Amazon…

C’est en fait peu de dire que l’informatique à profondément transformé la pratique architecturale. Sa démocratisation dans les années 1990, son adoption rapide dans les agences d’architecture et son intégration à marche forcée dans l’enseignement supérieur l’ont rendu incontournable, indispensable. De fait, l’informatique modifie de manière concrète les modes de production, les techniques de dessin, l’organisation du travail, les critères d’appréciation et d’évaluation des bâtiments, voire la conception architecturale elle-même.

On peut relire, amusé, un article du Monde Diplomatique « Faxer ou périr », illustrant les progrès des entreprises suite à l’avènement du fax et des premières télécommunications : « 1 080 fois plus rapide que le courrier et 7,5 fois plus que le télex, la télécopie arrivait à point nommé pour faire face à ce changement profond de temporalité ». Cependant, la disparation de cette technologie somme toute assez éphémère, ne peut que nous amener à la circonspection et à une critique des technologies informatiques sur un temps long.

Tout comme la pratique de la maîtrise d’œuvre, la diffusion de la culture architecturale, l’accès à l’information, en un mot le savoir des architectes à lui aussi été bouleversé par les apports de l’informatique et de la communication. D’innombrables données sont instantanément disponibles, des publications rares accessibles gratuitement, des contenus factuels, photographiques ou techniques en consultation libre... L’ensemble de ces documents forme une ressource quasi-infinie, une somme d’information à même de répondre à tous les questionnements des architectes et du grand public. Convocable à la demande, cette mémoire externe représente à la fois une opportunité sans équivalent de partage et de diffusion du savoir architectural et sa limite même, incarnée par le recours systématique à un nombre réduit de moteurs de recherches et à quelques encyclopédies on-line qui conduit paradoxalement à un rétrécissement du champ intellectuel de la discipline.

Quel que soit son support, la production de contenus et la diffusion de la culture architecturale se fait aujourd'hui à destination d’un public ou d'un lectorat clairsemé. Un public d’autant moins nombreux que la spécialisation des pratiques des agences d’architectures va croissant et que les réflexions de l’architecture et l’urbanisme semblent se développer en marge des débats de société. L’audience et l’appétence du public pour l’architecture, son actualité scientifique, ses événements culturels, ses distinctions ou ses projets remarquables est de fait extrêmement variable. Bien que des formes d’attachement, de fidélité ou de communautés se développent sur le web, les usages d’internet accentuent la volatilité de l’intérêt pour l’information d’architecture et la fidélité de ce public versatile n’est évaluée qu’à l’aune de l’immédiateté.

L’offre des sites web, blogs, comptes Tumblr ou Twitter, témoigne du profond éclatement intellectuel du milieu architectural et d’un traitement superficiel de l’information accentué par les syndromes du copier-coller, du share, du Like ou du RT qui dupliquent un contenu original sans plus-value de traitement… Des symptômes finalement assez similaires aux reproches récurrents adressés aux médias traditionnels. Pourtant, internet pourrait être un puissant vecteur, fédérant des diverses consommations personnelles de l’information et des contenus d’architecture. Les pratiques médiatiques pourraient suivre le temps propre de cet outil : un temps à la fois contracté et diffus. Contracté car une information, un événement ou une prise de position polémique peuvent être diffusés dans l’instant. Diffus car la consultation du web est intemporelle et la pertinence des contenus est directement mise à l’épreuve par leur disponibilité perpétuelle. Ainsi, le numérique semble devenir le règne éternel de l’instant.

Si le monde anglo-saxon a profité de l’éclosion des sites et blogs consacrés à l’architecture et rapidement considéré les producteurs de contenus comme des acteurs crédibles du débat architectural, ce n’est pas le cas en France. Cette reconnaissance institutionnelle s’est traduite par l’intégration de ces auteurs aux circuits de diffusion habituels : Geoff Manaugh (BLDG Blog) intervient dans de nombreuses manifestations universitaires SCI-ARC, Berkeley, Penn ou UCL, Leopold Lambert (The Funambulist) a publié récemment un essai tiré de son blog chez dpr-barcelona, Steve Parnell (Sesquipedalist) à soutenu un doctorat alors qu’il rédigeait son blog alors que Michiel van Raaij (Eikongraphia) est devenu rédacteur en chef de architectenweb.nl. Les contenus et axes de recherches développés indépendamment sur les blogs ont donc été progressivement relayés et intégrés à d’autres formes de communication.

Sur le web francophone, la quasi-totalité des publications on-line ne bénéficie d’aucun appui médiatique ou relais institutionnel. Ce manque d’intérêt pour les cultures numériques est flagrant lorsqu’on observe l’absence de traitement et de reconnaissance réservé au site d’information Archicool de Jérôme Auzolle à moindre degrés d’autres blogs en regard du traitement, par exemple, des livret promotionnels édités par des agences d’architecture ou de publications étudiantes. Pourtant, la réflexion sur les apports des technologies au champ architectural est menée depuis les années 1970. On en retrouve des traces dans les dossiers spéciaux de Technique et Architecture en 1971 et 1983, d’AMC en 1992 ou dans les articles d’Odile Fillion consacrés aux balbutiements d’internet. Mais le développement sans précédent d’internet et de ses usages au milieu des années 2000 n’a semble-t’il jamais fait l’objet d’une réflexion approfondie.

La production de contenus sur internet, la maîtrise ou la prolifération de l’information renvoie à de nombreux enjeux éthiques. Etre producteur représente un engagement franc en faveur de l’accessibilité du savoir. Une contribution individuelle, certes, mais potentiellement fédératrice. Un engagement fondé sur la gratuité, conforté par l’anonymat, sans publicité et sans course à l'audience... Diffuser l’actualité, publier librement des études inédites, partager gratuitement des critiques constructives constitue de fait une contribution désintéressée au champ de l’architecture.

Le blog Autour de l’architecture était conçu comme un propre producteur de contenu et non comme un banal relais d'information. Toujours problématique, parfois anecdotique, il proposait, environ une fois par semaine, des lectures critiques de projets, des informations à contretemps et des tentatives ludiques de corrélation. Forme médiatique inédite, un blog consacré à l’architecture peut intrinsèquement permettre l’émergence de nouvelles formes de transmission et de création de savoirs sur l’architecture. Il est par essence multimédia, puisque le support informatique permet d’intégrer des images, des documents in-extenso, des vidéos ou encore des morceaux de musiques. Il est à même de promouvoir un renouveau du discours architectural qui se nourrisse des cultures numériques en mettant à l’honneur la procrastination, l’hypertexte, la sérendipité ou l’agrégation de contenus…

Le titre du blog forme à la fois un programme « autour de l'architecture » et un slogan « au tour de l'architecture ». Il témoigne d'une position singulière puisque la définition de l'architecture qui le sous-tend n'est pas monolithique, ne procède pas d'un entre-soi disciplinaire, mais au contraire propose une identification progressive de l'architecture à travers ses manifestions et représentations. L’architecture observée et pensée à partir des ses franges ; ce qui entoure la pratique et les productions architecturales considéré comme un milieu matriciel. Ainsi, le blog envisage la formule liminaire de la loi de 1977 sur l'architecture « l'architecture est une expression de la culture » comme un énoncé contenant déjà une problématique. Si on a peu à peu reconnu qu'il existe de l'architecture sans constructions mêmes, qu'il existe de l'architecture sans architectes, il est temps d'admettre qu'il y a sûrement plus d'architecture hors d'elle même que dans son acception conventionnelle.

En tant que processus intellectuel visant à l'aménagement de l'espace, l'architecture existe dans des éléments aussi divers qu'un catalogue d'ameublement, des fragments de vie professionnelle, une chanson à la mode, une politique publique de gestion immobilière, une publicité pour une marque de spiritueux ou des mots-croisés... Les archives du blog constituent le témoignage continu de cette prise de position. Tant individuellement que dans leur ensemble, les notes manifestent peu à peu l'épaisseur des pratiques de l'architecture, soulèvent les enjeux critiques de ses représentations et dévoilent les champs insoupçonnés qu'elle structure.



En vous remerciant tous, simples passants ou visiteurs fidèles, architectes ou amateurs, pour votre intérêt, pour vos interrogations ou pour le référencement du site sur le web.
Antoine Autarc

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Superbe post,
Merci pour les textes aiguisés, les observations à la torche et l'esprit fin qui gratte là où l'on ne s'y attends pas !
Hasta luego
dkp

Vincent Laganier a dit…

Bravo pour ce billet intéressant et avant-gardiste !

Je partage la plus part de vos commentaires et analyses étant moi même blogeur de 'Light ZOOM Lumière' et en cours d'édition du premier livre numérique français d'architecture multi-support : App, eBook et papier.

Pour plus d'informations :
www.projet-lilo.fr
Pour en savoir plus :

OfficeSpace a dit…

je suis fidèle à votre blog et cet article m'encourage à le rester encore !


merci







emploi maroc
recrutement maroc
emploi maroc 2013
recrutement maroc 2013
portail emploi au maroc
stage maroc
emploi au maroc
recrutement au maroc
emploi au maroc 2013
recrutement au maroc 2013
emploi au maroc 2014
stage au maroc